mercredi, 14 juin 2017 15:41

Ce que doivent savoir les parents concernant le cyber harcèlement

La Cyber-intimidation est en hausse

Nous avons tous entendu parler de l'intimidation en ligne, mais que peuvent exactement faire les parents pour prévenir ou arrêter ce phénomène vis à vis de leurs propres enfants?

Il s'agit d'une préoccupation bien réelle et de ce que je l'ai vu dernièrement, il semble que les incidents liés à l'intimidation en ligne soient en hausse. Il y a quelques années, une estimation fut faite et révéla que près d'1/5 enfants étaient victimes de cyber harcèlement. Les derniers chiffres que j'ai vu, révèlent que plus de 40% des jeunes ont été victimes d'intimidation en ligne et que cela est déjà arrivé plus d'une fois à près d'1/4 enfants interrogés.

Plus de 2/3 des élèves disent avoir souvent constaté de l'intimidation en ligne. Plus de 2/3 des enfants déclarent également qu'il s'agit d'un sérieux problème.

La plupart des victimes restent silencieuses

Malheureusement, il est estimé qu'1/10 victimes seulement, dénonce le problème à ses parents ou à d'autres adultes. Bien que certains enfants puissent être capables d'ignorer ou d'arrêter l'intimidation quand cela leur arrive, d'autres sont plus vulnérables. Cela touche plus souvent les filles que les garçons, et les résultats peuvent être tragiques.

Les jeunes qui ont déjà été victimes d'intimidation sont plus susceptibles de se suicider. 1/5 personne, victime de cyber harcèlement a déjà envisagé le suicide. 1/10 le tente.

Stratégies pour les parents

Les intimidateurs ont toujours été présents et certains enfants sont plus à même d'avoir à faire à eux que d'autres. Si un enfant a une bonne quantité de confiance en soi en lui et un réseau de soutien de la part de ses amis, il ou elle peut être en mesure de gérer la situation plus facilement qu'un enfant isolé ou introverti.

Il semble que les enfants vulnérables sont souvent ceux-là mêmes qui sont isolés par les tyrans - ils sont des cibles plus faciles, sans doute.

Le harcèlement en ligne peut être particulièrement traumatisant pour les victimes en raison de combien et à quelle vitesse les informations peuvent être transmises sur le web. Mensonges, vérités embarrassantes, photos ou vidéos compromettantes, tout cela peut être instantanément étendu par les réseaux d'amis, collègues, camarades de classe et autres tiers qui se trouvent être liées entre elles, en ligne.

Les résultats peuvent être dévastateurs pour un adolescent, en particulier, pour celui qui manque de confiance en lui. Les parents devraient encourager le développement de la confiance en soi dans tous les sens possibles et aider leurs enfants à apprendre comment gérer les intimidateurs en ligne.

Mais il est également important d'avoir une fenêtre sur le monde de votre enfant au jour le jour.

Encouragez vos enfants à parler de leur vie quotidienne, leur faire savoir que vous êtes prêt à écouter. Demandez-leur s'ils ont déjà eu à faire à de l'intimidation en ligne.

Mais tous vos efforts en vue de protéger vos enfants ne peuvent pas les empêcher d'être victimes d'intimidation. Poser des questions peut s'avérer ne pas être suffisant pour découvrir la véritable nature des interactions en ligne de votre enfant.

Surveillance parentale

Le seul moyen vraiment efficace de suivre de près l'activité en ligne pour enfants est au travers l'installation d'une application de suivi sur le périphérique qu'il utilise pour se connecter au web, typiquement un Smartphone.

4/5 adolescents utilisent les Smartphones pour la majorité de leurs activités en ligne, et les Smartphones sont le lieu où la plupart des incidents de cyber intimidation se produisent.

Un logiciel de surveillance révèle le contenu des interactions sociales des médias d'un enfant, leur histoire, leurs tchat, photos partagées, vidéos et textes. Si une intimidation doit se produire, les médias sociaux et le tchat sont des plateformes où vous le constaterez probablement.

Certains parents choisissent d'avertir leurs enfants sur le fait qu'une application de surveillance est utilisée sur leur téléphone, d'autres préfèrent garder le secret.

Si il y a une raison de croire qu'un enfant peut, de quelque manière que ce soit, avoir quelque chose à cacher, le suivi furtif peut être la meilleure approche. D'autre part, si un jeune est généralement digne de confiance et partage une bonne communication avec ses parents, il ne peut, dans ce cas, y avoir aucun besoin de cacher le fait que qu'une application de suivi doit être installée.

Beaucoup d'enfants sont capables de comprendre la nécessité qu'à un parent d'observer leurs communications en ligne. C'est aujourd'hui l'équivalent moderne, de ce geste, pour un parent, de regarder son enfant dormir du coin de la porte de la chambre, pour s'assurer que tout va bien.

C'est ici le point crucial : les parents ont le droit et la responsabilité de se " coller au coin de la porte" dans le monde numérique de leurs enfants. Ne pas le faire est, en un sens, laisser un enfant sans surveillance dans ce qui peut être un endroit très dangereux.

Il est important de laisser les enfants bénéficier d'une vie privée et de liberté, mais il est tout aussi crucial de surveiller leur environnement social et de les protéger des menaces. Ils peuvent ne pas être en mesure de les reconnaître ou de les gérer de leur propre chef.

Ainsi, la question devient, pour les parents plus responsables d'aujourd'hui, non pas de savoir si une application de surveillance doit être installée, mais plutôt, comment elle utilisée. Avec ou sans l'avertissement de l'enfant ? Combien de fois ? Voilà un choix que chaque parent devra faire individuellement.

Laisser la communication en ligne d'un enfant totalement sans surveillance, au risque de s'attirer de graves ennuis, est, on pourrait le faire valoir, négligeant.